Vous êtes ici : » Astuces de voyageurs » Comment réussir son bivouac ?

Réussir son bivouac

 

Vous voilà parti pour un trek sauvage en complète autonomie ou encore une randonnée de 3 jours dans un coin de nature éloigné de toutes civilisations. Vous êtes tentés par le bivouac ? Voici quelques règles pour éviter problèmes et mésaventures et surtout réussir ce moment de repos bucolique.

Tout d’abord conformez-vous aux règles en vigueur. Selon le pays, le parc, les communes ….il y a toujours des règles qui s’appliquent au bivouac ou au camping sauvage. Il vous appartient de vous renseigner et de vous y conformer. Si le bivouac est interdit, ne tentez pas le diable et rabattez-vous sur d’autres solutions. Si c’est payant, acquittez-vous de votre écot et de toutes façons, en cas de doutes, demandez l’autorisation .Malgré cela beaucoup d’endroits restent autorisés dans la mesure d’une pratique raisonnable et responsable. Sachez que chaque mauvais comportement est un pas de plus vers de prochaines interdictions drastiques.

 

Quels équipements pour votre bivouac ?

Il est nécessaire de partir avec un minimum de matériel. On ne part pas dormir dans la nature sans un minimum sinon vous allez au-devant de pas mal de désagréments. Voici la liste des éléments de base qui sont nécessaires pour un bivouac réussi :

• Sac de couchage : choisissez toujours un sac de couchage de qualité et d’une température de confort adaptée aux conditions climatiques que vous allez rencontrer. Si vous hésitez entre 2 zones de confort prenez celle qui est prévue pour la plus froide des deux : c’est une précaution bien utile.

• Matelas : il existe maintenant des matelas auto gonflants de petites épaisseurs et très pratiques à transporter. Ce n’est certes pas d’un confort maximum mais c’est souvent suffisant pour une nuit correcte.

• Tente : choisissez une tente adaptée au contexte. En altitude il faudra prendre une tente assez basse, pour se protéger du vent. Les modèles avec petit auvent sont à privilégier pour y faire sa popote à l’abri et ranger chaussures et sac pour la nuit.
• Réchaud : les réchauds à essence sont à privilégier pour l’étranger tandis que dans nos contrées (sans transfert aérien) le gaz suffira. Les solutions multi carburants sont à étudier de près en fonction des prix pour éviter de multiples achats.

En milieux à minima un peu hostiles (voire même partout) la solution du hamac de randonnée est séduisante et pratique. Par contre, veiller à dormir dans le sens de la largeur pour éviter un gros creux et des courbatures importantes.
Enfin, ne jamais oublier filtres à eau et/ou pastilles de purification qui sont essentielles pour votre sécurité sanitaire.

 

Choisir un emplacement pour son bivouac

Hormis les règlements évoqués plus haut, il faut aussi faire preuve de bon sens quand on choisit son emplacement et connaitre quelques règles de bases.
Eloignez-vous des routes, sentiers et chemins. Evitez aussi la proximité des troupeaux et des cours d’eau dont le débit peut changer rapidement. En règle générale tenez-vous éloignés des points bas, des rivières et points d’eau. Prenez un peu de hauteur par rapport à ces éléments-là. Votre bivouac n’en sera que plus agréable !
Ça tombe sous le sens, mais éloignez-vous des a pics, falaises et autres choses de ce genre : j’ai encore vu l’année dernière, au petit matin, une tente, dans la brume et à moins de 10 mètres d’une gorge !
Vous pouvez privilégier des zones herbeuses ou encore la proximité de petits arbres mais évitez si possible d’être aux pieds d’immenses arbres avec de grosses branches.
Enfin, avant de choisir définitivement un endroit adéquat pour votre bivouac, faites un tour d’inspection aux environs, sur un cercle de 50 mètres de rayon : ca évite les mauvaises surprises en tous genres !

Monter sa tente

N’attendez pas trop longtemps pour monter votre tente : c’est même la première chose à faire. Choisissez un espace plat que vous dégagerez de toutes pierres. Si vous trouvez aux environs des herbes sèches, vous pourrez en disposer afin de faire une sorte de « litière » .Observez le vent et orientez votre tente de manière à protéger l’entrée de celui-ci .Enfin si vous craignez une pluie, creusez une rigole de canalisation autour de la tente pour évacuer l’eau.

Faire un feu ?

Là aussi il faut absolument appliquer les règles en vigueur. Bien souvent les feux sont interdits tout simplement. De plus, un feu a un impact sur la zone concernée. Donc personnellement je réserve le recours au feu que dans des cas un peu extrêmes de froid ou de signalement.

Ne laissez pas de traces 

Inspecter les lieux avant de partir afin de ne laisser aucun déchet ou reste de nourriture et veiller à rapporter tous les déchets et détritus, parfois même ceux laissés par vos prédécesseurs. Réserver les excréments pour des trous de quinze à vingt centimètres de profondeur creusés dans le sol à l’écart du campement, des sentiers ou source d’eau. Camoufler chaque trou lorsque votre bivouac est terminé.

Ne laissez jamais de nourriture sur un lieu de bivouac pour les animaux sauvages. Cela peut être évidemment néfaste pour leur santé et induire des comportements non naturels si ce genre de choses se répètent souvent .De plus cela incite les animaux sauvages à s’approcher des campements.
Et puis surtout, profitez ! Profitez de ce sentiment de liberté assez précieux et unique ! Une nuit en pleine nature est assez rare de nos jours et il faut savoir en appréciez chaque instant. En suivant nos conseils et votre bon sens, vous voilà armés pour que vos prochaines expériences ne soient que du plaisir !

Comment réussir son bivouac ?
5 (100%) 1 vote