Vous êtes ici : » Bien s'équiper » Les douleurs au mollet en running : comment les gérer

Vos mollets vous font mal lorsque vous courez ? Sachez que ce type de douleur peut provenir aussi bien d’un problème tendineux que d’un souci musculaire. Mais en fonction de l’intensité et des caractéristiques de votre souffrance, des complications vasculaires peuvent également en être à l’origine. En tout cas, découvrez ci-dessous l’essentiel de ce que vous devez savoir sur vos douleurs au mollet contractées en courant.

De quelle manière les douleurs au mollet se manifestent-elles ?

D’une manière générale, les douleurs au mollet surviennent en fonction de l’origine du problème. En voici les détails.

Douleur subite et très intense 

Il s’agit ici d’une élongation qui se manifeste par une douleur soudaine au niveau du mollet. Extrêmement intense, cette sensation d’inconfort et de souffrance nécessite l’arrêt immédiat de l’activité. Et bien qu’elle soit perçue comme une crampe classique, c’est plutôt un cas beaucoup plus sérieux car les fibres musculaires y sont prises de déchirure.

Généralement, l’élongation ne nécessite aucune prise en charge médicale spécifique. Après observation par échographie, le mollet se guérit en moins de 15 jours et la désorganisation du tissu musculaire se répare juste à l’aide d’un bandage permanent et d’un repos total des membres inférieurs. Pour apaiser les douleurs, alternez le chaud et le froid à l’endroit du mollet.

douleurs au mollet en running

Douleur peu intense à tendance progressive

Lorsque votre mollet vous fait mal et que la douleur s’intensifie au fur et à mesure que vous avancez dans la course, vous êtes confronté à une contracture. Dans ce cas, non seulement la souffrance a tendance à s’accentuer, mais en plus, la région douloureuse s’endurcit.

Quelques exercices d’étirement sont alors nécessaires pour décontracter le muscle et vous permettre de reprendre la course au plus vite. Sinon, une pression continue du mollet pendant environ une dizaine de minutes est aussi efficace pour soulager la douleur.

Douleur violente avec impression de déchirure

Quand vous souffrez violemment au mollet et qu’en même temps, vous avez cette sensation de lâchage, vous êtes en présence d’une déchirure musculaire. En plus d’un hématome qui fait apparition dans les 15 minutes qui suivent, la douleur s’accompagne également d’une difficulté à marcher.

Le traitement d’une déchirure musculaire consiste à immobiliser les muscles de la jambe à l’aide d’un bandage pendant au mois deux semaines. Pour ce qui est de la reprise normale des activités de course, une rééducation d’au moins 1 mois est indispensable pour favoriser la cicatrisation des fibres musculaires et en limiter les séquelles. Le port d’une canne est souvent nécessaire pour ne pas trop solliciter la jambe en question.

Douleur brutale au moment du démarrage

Lorsque les douleurs au mollet surviennent agressivement dès que vous commencez à courir, il s’agit d’un claquage, dans la majorité des cas. Ce qui caractérise ce type de douleur au mollet, c’est qu’au même moment où vous avez subitement très mal, un son de claquement est entendu au niveau de la jambe. S’agissant d’un problème musculaire délicat, le claquage entraîne une impossibilité totale à marcher.

Pour appuyer le diagnostic, une IRM et une échographie sont nécessaires pour confirmer le claquage. Une intervention chirurgicale est ensuite proposée pour une réparation rapide et efficace du problème. Quant à la reprise des activités physiques, celle-ci ne peut se faire qu’après 4 ou 5 mois.

douleurs au mollet en running

Douleur brusque et continue

Si à un certain moment, vous ressentez une douleur sévère au mollet et que celle-ci ne s’estompe pas au-delà d’un quart d’heure, il peut s’agir d’un décollement du muscle. A cet effet, le tissu musculaire se dissocie de son enveloppe et un épanchement est observé entre les deux.

Bien qu’aucune lésion n’ait lieu à l’endroit de l’enveloppe et des fibres musculaires, une cicatrisation complète est obligatoire avant la reprise effective des activités nécessitant l’usage excessif des pieds. Dans le cas contraire, un re-décollement peut avoir lieu à la suite d’un effort important.

Pour guérir le décollement, un bandage est nécessaire sur une durée répartie entre 2 et 5 semaines. Cependant, d’autres traitements médicaux peuvent être prescrits en complément, en fonction de l’importance du détachement.

Forte douleur accompagnée de fourmillements

Ce genre de douleur affecte surtout les mollets robustes. Elle se manifeste par une forte pression sanguine à l’intérieur d’une loge des muscles de la jambe. Le mollet est ainsi asphyxié et le membre inférieur en entier semble paralysé subitement. Il s’agit d’un trouble appelé « syndrome de loges ».

Pour éviter les complications, il est nécessaire d’arrêter de marcher ou de courir, puis de surélever les jambes. Des massages et des exercices d’étirement sont aussi nécessaires pour guérir ce traumatisme. Cependant, dépendamment de l’état du mollet, une chirurgie est parfois indiquée pour assurer la sortie du muscle de son carcan.

Constriction douloureuse, subite et involontaire

Plus connue sous le terme « crampe », cette douleur nécessite souvent l’arrêt de l’activité physique dans l’immédiat. Elle peut survenir à la suite d’un effort intense, mais son origine peut aussi être une carence en magnésium, une déshydratation, ou un excès de tabagisme. Heureusement, la crampe au mollet est toujours bénigne et les séquelles en sont inexistantes.

En cas de crampe, il suffit de tirer les orteils vers l’avant ou de marcher sur les talons pour décontracter les muscles. En moins d’une minute, les douleurs devraient disparaitre. Pour éviter les récidives, le port de chaussettes de récupération est fortement recommandé la nuit suivant l’incident.

Douleur instantanée avec impotence subite du pied

Ce sont surtout les douleurs d’origine vasculaire qui provoquent cette sensation d’impotence des membres inférieurs. Pour être certain du diagnostic, l’arrêt de l’activité physique est donc recommandé et une consultation d’urgence s’impose.

D’une manière générale, un écho-doppler est effectué pour examiner l’état des veines et des artères. Un traitement sera ensuite indiqué selon les résultats de l’examen. A  noter que, quand le mollet est affecté en intégralité, il s’agit très souvent d’une artère poplitée piégée.

douleurs au mollet en running

Les précautions à prendre en cas de douleurs au mollet 

Notez qu’une pathologie vasculaire, osseuse, ou neurologique ne doit jamais être écartée dès qu’il s’agit de sensations d’inconfort et de souffrance au niveau des membres inférieurs. En même temps, les douleurs au mollet peuvent être sans grande importance, tout comme elles peuvent être grave. Une consultation médicale est donc recommandée dans tous les cas, surtout si la douleur a tendance à s’intensifier au lieu de s’atténuer.

A titre d’exemple :

  • Des crampes à répétition ne sont pas toujours d’origine musculaire mais peuvent être la manifestation d’une artère bouchée.
  • Une douleur accompagnée d’une inflammation du mollet peut signifier une phlébite ou une embolie.

En plus des traitements médicaux et des exercices de rééducation, une hygiène de vie saine est aussi obligatoire pour limiter les douleurs au mollet, surtout en cas d’effort physique important. Pour cela, il est nécessaire de vous hydrater convenablement, de privilégier les fruits et légumes, de limiter le sucre et le sel, et d’éviter la graisse animale autant que faire se peut.

Les douleurs au mollet en running : comment les gérer
1 (20%) 1 vote