Vous êtes ici : » Bien s'équiper » La respirablité d’un vêtement imperméable

veste-softshell-homme-dynamic2-noire

J’ai le souvenir d’un ami qui était venu me voir un jour en me montrant le surpantalon qu’il venait de s’acheter pour un trek au nord du Laos. Je lui avais, au préalable, conseillé de choisir un vêtement imperméable et respirant. Je crois qu’il ne s’était souvenu que du premier mot ou n’avait pas compris l’importance du deuxième. Au final il avait acheté le produit le moins cher et se retrouvait avec un surpantalon pas du tout respirant !

L’eau venant de l’extérieur ne pénétrait pas à l’intérieur, mais la transpiration à l’intérieur n’était pas évacuée vers l’extérieur. C’était l’effet ‘’cocotte-minute ‘’ mais sans la petite évacuation de vapeur ! Au final, il avait un pantalon de randonnée, en dessous, qui était en permanence trempé !
De toutes façons, nous avons tous fait ce genre d’erreur lors des premiers achats mais ne tombez pas dans ce piège et choisissez correctement votre matériel de randonnée imperméable (vêtements, tentes à simple paroi, chaussures, etc.) pour éviter de dépenser de l’argent inutilement ! L’idée de cet article est de vous y aider et de vous donner les connaissances de bases pour vous y retrouver.

La respirabilité c’est quoi ?

La respirabilité désigne la capacité d’un tissu à évacuer la vapeur d’eau. Elle peut se mesurer en Résistance Evaporatoire Thermique (RET) mais tous les fabricants ne l’utilisent pas forcément et vont afficher parfois la quantité de grammes/m2/24H. Là, plus le chiffre indiqué est élevé, meilleur est le transfert d’humidité.
On pourra retenir comme valeur clé la quantité de 10 000 grs/m2/24h

  • Inférieur à 10 000 grs/m2/24H : respirabilité moyenne
  • Supérieur à 10 000 grs/m2/24H : très bonne respirabilité.

Plus un tissu a une respirabilité élevée, plus il a une RET faible et plus le tissu évacue la vapeur d’eau.

Et en pratique ?

Plus un tissu est respirant, moins vous serez mouillés par votre transpiration si c’est un vêtement. Si c’est la paroi d’une tente, il y aura moins de condensation qui se formera à l’intérieur.
En général on pourrait dire que plus un tissu est imperméable, moins il est respirant – et au contraire plus il est respirant moins il est imperméable. Mais en fait les technologies modernes permettent d’avoir de nos jours des produits et vêtements imperméables et très respirant. Encore faut-il faire le bon choix, ne pas se ruer sur le premier prix et être prêt à rajouter quelques euros pour un peu plus de confort…
Quand vous devez donc choisir un vêtement prenez toujours en compte son imperméabilité et sélectionnez le produit en fonction d’un compromis équilibré imperméabilité/respirabilité par rapport à votre pratique.

Mais comment un tissu devient-il respirant ?

La respirabilité d’un tissu imperméable provient généralement, et en schématisant, de deux procédés :

Un premier procédé qu’on qualifiera de « mécanique » : les trous de la membrane ou de l’enduction du tissu sont assez grands pour laisser passer les molécules de vapeur d’eau mais trop petits pour permettre à l’eau à l’état liquide de pénétrer .C’est donc la partie de votre transpiration qui est à l’état gazeux, qui peut être évacuée. C’est le principe du Goretex par exemple.
Un second procédé est plus « chimique »: des molécules hydrophiles sont incluses dans la membrane ou l’enduction du tissu et attirent la vapeur d’eau du côté intérieur et la repoussent vers l’extérieur grâce au différentiel de température et d’humidité relative de chaque côté du tissu.

Quelques conseils et quelques erreurs à éviter

Il faut tout de même savoir qu’avec des vêtements extrêmement respirants, vous pouvez vous retrouver mouillés par votre transpiration. Par exemple, un jour de pluie, vous gardez votre veste polaire sous votre veste imperméable et respirante pendant une montée où vous produisez un effort (vous avez très chaud) et vous avez, dirons-nous, « la flemme » de l’ôter : vous le regretterez quand vous serez mouillé et prendrez froid pendant la descente. Je suis sûr que cela vous est déjà arrivé ….comme ça m’est arrivé !

En fait, acheter des vêtements respirants et imperméables ne vous dispense pas de réfléchir et d’appliquer en permanence (et en réajustant en fonction du contexte) la règle des 3 couches. Afin d’éviter de transpirer abondamment sous des vêtements imperméables, il vous faut réguler la température de votre corps en gérant correctement vos couches de vêtements et en vous servant des aérations, par exemple.

Tous les systèmes d’aérations (fermetures éclairs, mesh, etc.) sont, en fait, des éléments importants à considérer au moment du choix du matériel imperméable.

Enfin un dernier point à retenir : quand un tissu imperméable et respirant est saturé en eau (la surface extérieure est complètement mouillée), le tissu, alors, ne peut plus respirer et la vapeur d’eau ne sera plus évacuée. Il vous faudra donc éviter que votre transpiration se condense à l’intérieur du tissu. Si cela survient, essuyez ou éponger l’intérieur du tissu. Les traitements déperlants remédient aujourd’hui, en partie, à ces problèmes, dans la mesure où ils aident le tissu, à l’extérieur, à ne plus être saturé d’eau.
Globalement, vous voyez donc, que la respirabilité d’un tissu, d’un vêtement sont essentiels lorsqu’il s’agit d’avoir une pratique sportive ou de voyage. Il s’agit de votre confort et de votre bien être, donc ne négligez pas ce point lors de vos achats et soyez attentifs aux quelques conseils et avis que nous avons pu partager ici avec vous.

La respirablité d’un vêtement imperméable
Noter cet article