Vous êtes ici : » Astuces de voyageurs » Randonner en hiver : nos conseils

Même si l’hiver n’est évidemment pas la meilleure période pour randonner, pour certaines personnes cela ne marque absolument pas une pause dans les sorties et c’est aussi l’occasion de profiter des paysages sous un jour nouveau ou faire des randonnées en raquettes pour ceux qui se trouvent en zone enneigée. Quoi qu’il en soit, randonner en hiver est un peu plus peu dangereux qu’à la belle saison. Même si c’est variable selon les régions, ils en reste pas moins que de nombreux conseils sont valables partout pour s’affranchir de certains risques et pouvoir ainsi toujours marcher en sécurité et avec plaisir.

 

randonner en hiver


Les jours sont plus courts

L’hiver, les jours sont beaucoup plus courts et cela laisse moins de temps pour organiser une randonnée. Alors choisissez des randonnées plus courtes en distance et n’oubliez pas une lampe frontale d’appoint. Prévoyez tout de même une marge suffisante à votre horaire pour ne pas vous retrouver dans la nuit.
Soyez vigilants aussi si vous prenez le volant dans la nuit après une belle journée de randonnée fatigante. Conduire dans la pénombre du soir est plus dangereux qu’en soirée de printemps ou d’été.

Soyez vigilant pour vous orienter

Le paysage change beaucoup en hiver qu’il y ait de la neige ou pas. Bien évidemment si le terrain est recouvert d’un manteau blanc, beaucoup de repères naturels sont estompés, ainsi que l’appréciation du petit relief et voire même des distances. Mais même en absence de neige, les conditions de visibilité différentes, et la luminosité bien moindre, rendront l’orientation un peu plus difficile. Soyez donc attentifs et prudents.

Vigilance avec la neige et la glace pour randonner en hiver

Si vous randonnez en présence de neige et de glace redoublez de vigilance ! Il y a bien sûr les risques d’avalanche en zone de montagne mais aussi les trous ou les petits cours d’eau recouverts de neige dans lesquels il est si facile de glisser un pied ! Idem pour les corniches glissantes ou aux rebords non visibles. Beaucoup d’obstacles peuvent être dissimulés par la neige et constituent de véritables pièges pour le marcheur. Evitez aussi de vous aventurer sur les lacs ou retenues d’eau gelées : ce sont des pièges mortels dans la plupart des cas.

Attention à l’hydratation

Dans le froid les sensations de soif sont moins importantes et pour certaines personnes presque indécelables. La déshydratation est donc aisée et cela, sans s’en rendre forcément compte.
Pensez donc à vous hydrater même si vous n’en avez pas forcément très envie. En hiver boire de l’eau froide n’est pas très agréable alors privilégiez les boissons chaudes comme le thé par exemple.
De plus, dans le froid, le corps dépense plus d’énergie alors prenez soin d’emmener avec vous des boissons énergétiques en complément.
Lorsqu’il fait très froid il n’est pas rare de constater également que sa boisson a gelé dans sa gourde ou sa poche à eau. Il faut donc penser à les glisser au chaud sous les vêtements et dans le cas d’une poche à eau, soufflez dans le tube après avoir bu : cela repoussera l’eau à l’intérieur de la poche où elle a moins de chance de geler que dans la pipette !

Soyez attentifs à l’habillement pour randonner en hiver

Evidemment les températures sont plus basses l’hiver et avec la baisse du jour dès le milieu de l’après-midi, celles-ci plongent assez rapidement. Il faut donc non seulement s’habiller différemment mais emporter avec soi du vêtement chaud de complément pour pouvoir randonner dans le froid ( comme une veste polaire en plus dans le sac à dos). Et surtout n’oubliez pas une couverture de survie qui peut être bien utile dans certains cas.
Le système des 3 couches est le plus efficace et s’adapte aussi facilement pour le bas du corps : caleçons longs en sous vêtement thermique, pantalon polaire et pantalon imperméable et respirant peuvent être parfaits.
Enfin, tête, mains et pieds ne doivent pas être négligés : bonnet, gants et chaussures imperméables avec de bonnes chaussettes sont essentiels pour une bonne protection de ces parties du corps assez vite sensibles aux morsures du froid.

Restez au sec

Encore plus que pendant d’autres saisons, il est impératif de rester au sec lors d’une randonnée en hiver. Il faut pouvoir se protéger efficacement de deux sources d’humidités : les intempéries et votre propre transpiration.

Il faut donc avoir des vêtements secs à même la peau pour éviter la sensation de froid. La première couche doit donc être efficace et évacuer l’humidité rapidement. Ne négligez donc pas le choix d’un vêtement technique de qualité. Il est aussi intéressant de prendre en rechange un jeu de sous vêtement supplémentaire .Pour se protéger des intempéries, il faut vraiment avoir une veste imperméable et un pantalon de pluie et voire emmener avec soi un poncho de pluie, également. Il faut se protéger soi-même, ses vêtements, mais aussi le sac à dos.
Protégez-vous du vent
Le vent a un rôle amplificateur sur le ressenti des températures. Lorsque le thermomètre descend, le froid ressenti est d’autant plus grand qu’il y a du vent. Et ce phénomène s’amplifie avec les températures très basses. Il est donc essentiel de se protéger du vent en hiver. Pensez donc à avoir des vêtements coupe- vent avec une capuche coupe-vent et fermer bien ceux-ci grâce aux cordons de serrage.

Le bivouac en hiver

Si vous randonnez sur plusieurs jours en hiver, pour votre bivouac vous devez redoubler de vigilance par rapport aux conseils traditionnels. Faites attention aux vents lorsque vous choisissez votre emplacement et privilégiez plutôt une zone forestière plutôt qu’un sommet dégagé. Nettoyez bien votre zone de bivouac et dégagez la neige si elle est présente et ensuite prévoyez un lit de branchage ou de grandes herbes pour isoler du froid du sol. Enfin votre équipement en matelas et sac de couchage devra être adapté aux températures d’hiver. Si vous utilisez un réchaud, pensez à protéger le carburant du froid : il n’est pas rare que l’alcool d’un réchaud ou même le gaz soit gelé au bout de quelques heures de froid. Vous pouvez vous munir de réchauds spéciaux pour l’hiver, ou de réchaud à essence mais une bonne protection du carburant (enveloppé dans une vielle polaire par exemple dans le sac) peut suffire à une protection efficace.

Au final, randonner en hiver n’est guère plus compliqué qu’à d’autres saisons. Il suffit juste d’intégrer des paramètres de vigilance supplémentaires et d’être plus attentifs à certains détails. Les belles journées d’hiver sont de beaux moments pour découvrir la nature et les paysages sous un jour nouveau, avec de nouvelles couleurs et dans un silence parfois impressionnant. Néanmoins, randonner en hiver doit rester un plaisir : il ne faut pas hésiter à repousser une sortie si les conditions météo sont trop maussades. Toutes les précautions ne peuvent pas tout gommer et randonner dans le froid polaire ou sous une pluie glaciale peut être une véritable galère. Il faut parfois se dire qu’il y a aura de meilleurs jours pour partir gambader dans la nature !

Noter cet article